Services publics et biens communs

Publié le Mis à jour le

 

La période de pandémie actuelle impose de rester chez soi. Cela augure – d’une certaine manière – à repenser nos pratiques quotidiennes. Certaines.s lisent, réfléchissent, rangent, s’organisent, se rapprochent de leurs enfants; d’autres prennent des décisions d’un retour à une vie qui tend vers l’essentiel, envisagent la ré-organisation de leur vie familiale, se résignent à l’idée que nos aînés se retrouvent claquemurés dans la chambre de leur seigneurie. Les bonnes résolutions seront prises durant ces semaines de confinement obligatoire au niveau des cellules familiales, du tissu associatif, des mouvements citoyens.

« Un sournois guet-apens nous guette »

 

Mais un sournois guet-apens nous guette; celui de voir revenir – au grand galop (car l’argent brûle les doigts de la gent mercantile) – les lobbyistes affamés de pouvoir, les financiers assoiffés par l’argent des autres, les banquiers aux pratiques douteuses, les assureurs en quête de bons plans, les firmes pharmaceutiques et leurs juteux profits, les agences immobilières gargantuesques pourvoyeuses de misère sociale.

« N’est-il pas temps de délimiter les frontières de nos biens communs ? »

 

Quand les tensions dues à la pandémie du Covid-19 auront disparu, toute notre attention devra se porter sur la reprise économique de nos contrées pour que les anciennes pratiques individualistes et – aussi – insidieusement imposées par les géants du net (pas besoin de les citer) ne remontent à la surface. N’est-il pas temps de délimiter, à nouveau, les frontières de nos biens communs plutôt que de les voir disparaître, à jamais, dans les poches gourmandes de sociétés aux capitaux privés? C’est une démarche capitale pour nos enfants.

Dans un avenir proche, il sera primordial d’imposer le retour de la création de services publics autonomes (à ce stade, pas question de tergiverser avec des organismes privés) et de plébisciter des domaines communs à tous citoyens tel que la santé, l’éducation, les transports, la couverture sociale et médicale, l’aide aux personnes, les opérateurs de téléphonie, mais aussi le captage et la distribution de l’eau, la préservation des graines et des semences; il y va de notre survie.

« L’eau, les graines et les semences doivent être

– impérieusement – des biens communs »

 

Pour étoffer les deux derniers domaines, l’eau – ce bien commun vital – n’appartient-elle pas à tout le monde, quelques soient les générations et les régions du globe? Pourquoi privatiser des sources dans le monde entier si ce n’est que pour s’octroyer un pouvoir de vie et de mort sur les citoyens?

Quant aux graines et semences commerciales et paysannes ne font-elles pas partie du patrimoine humanitaire de chaque Terrien? Pourquoi permettre à des entreprises privées, sans scrupules, de déposer des brevets d’appartenance et – de ce fait – appauvrir, jusqu’à la marginalisation, de petits agriculteurs locaux déjà exsangues? Ces choix humanistes devront s’inscrire – à court terme – dans une démarche citoyenne ultra prioritaire.

Va-t-on encore laisser – demain – des multinationales et ceux qui les dirigent impacter nos vies jusqu’à l’asservissement? Ne laissons pas les prédateurs économico-financiers agir à notre place.

R-anses

A MEDITER : « Aujourd’hui, se sont les Etats qui répondent à la crise du Covid-19; demain se seront les firmes privées qui se frotteront les mains tant la manne financière à engranger sera importante« .

Classement des images

Publié le Mis à jour le

« SPÉCIAL CONFINEMENT 04 »

Et si vous profitiez

de cette période de confinement obligatoire

pour ranger/classer vos photos dans votre ordinateur?

Tâche – oh combien – difficile, délicate pour certaines.s, insurmontable pour d’autres.

Le classement de photographies numériques dans votre ordi est une affaire personnelle mais à partir du moment où vous ne vous y retrouvez plus dans vos nomenclatures par manque de rigueur, c’est qu’il a vraiment un problème.

Outre les logiciels propriétaires qui ont le désavantage d’être payant et de classer vos images à leur manière, il existe, fort heureusement, d’autres méthodes – manuelles celles-là – que tout un chacun peut mettre en oeuvre dans son explorateur de fichiers (PC ou Mac).

Si votre manière d’agencer vos dossiers vous convient, si vous accéder rapidement à vos diverses recherches, alors … la lecture de cet article peut s’arrêter ici pour vous.

Pour les autres, soucieux de découvrir une technique manuelle (donc gratuite) de classer de façon précise, rigoureuse et complète ses fichiers et dossiers, … plagiez-moi.

Lire la suite »

Protection des données personnelles

Publié le Mis à jour le

 » … sous forme de questionnement personnel »

Dans la masse d’utilisateurs d’internet, quels sont celles et ceux qui se soucient des données personnelles stockées, à tous vents, à l’autre bout de la planète? Des discussions, avec les intéressés, à ce sujet permet de constater que d’aucuns utilisent des plateformes commerciales ou des réseaux (dits) sociaux – quasiment tous – originaires d’outre-atlantique. Ne serait-il pas fructueux (oserai-je dire salutaire) de se pencher sur nos pratiques numériques quotidiennes? L’utilisation – en aveugle – d’outils de communication sortis de la tête d’ingénieurs zonant dans une « Silicon Valley » avide de profits n’est-elle pas un signal fort qui devrait nous mettre la puce à l’oreille? Combien d’expériences désastreuses allons-nous encore subir avant de constater que des « gmail », des « google education », des « facebook » et bien d’autres phagocytent nos données personnelles pour s’en servir – souvent à notre insu – à des fins mercantiles?
A ce jour, j’ai la désagréable impression que nos informaticiens (codeurs, etc …) européens manquent de compétences professionnelles pour créer des séries de logiciels/ plateformes/ réseaux intra-européens; et d’un autre côté, j’ai la sensation qu’ils existent mais qu’ils ne font pas l’unanimité. Facebook est-il accepté en Chine (et je ne suis pas pro-chinois)?
A l’image du belge Robert Cailliau* – Docteur Honoris Causa de l’Université de Liège – revenons à des solutions informatiques où l’humain serait au centre des préoccupations (et non le profit) avec comme toile de fond une éthique européenne. Laissons choir, tous ensemble, des solutions « clé sur porte » issues d’un autre continent et mettons toutes nos forces dans la création d’outils numériques performant qui nous rassemblent.
R-anses
* Lire « Alexandria, les pionniers oubliés du web » de Quentin Jardon aux éditions Gallimard

Photographes à découvrir #22

Publié le Mis à jour le

« Pépites du net,

trouvailles fortuites,

à vous maintenant d’apprécier »

La formule est simple : je découvre un(e) photographe au travers de lectures, de visites d’expositions, d’échanges vivifiants, de rencontres inspirantes; j’explore son travail de création sur le net ; j’apprécie (tout en sachant que l’appréciation personnelle est – toujours – emprunte de subjectivité) et je transmets le lien.

Aujourd’hui: Renato d’Agostin, Guillaume Zuili, Marine Lecuyer, Julien Mauve, Theo Gosselin, … et aussi, pour les archives « Plan du site errances/ Photo/ Photographes à découvrir« )

Amusez-vous à explorer,

Le #23 de cette série sortira début mai 2020.

R-anses

* Petit détail : N’apparaissent dans ces articles que les photographes qui possèdent un blog ou un site personnel. J’élimine ceux qui ne passent que par Instagram, Facebook et autres; je pense qu’ils n’ont pas besoin de ce blog pour la diffusion de leurs talents.

Ignominie

Publié le Mis à jour le

Photo: « Photo News »

 

Des milliers de personnes,

de part le monde,

meurent d’une infection au Covid-19;

des milliers de personnes sont,

quotidiennement,

à leur chevet.

.

Et lui,

en cette fin mars 2020,

Président des États-Unis d’Amérique,

élu par des citoyens qui adhèrent à sa pensée,

s’inquiète de sa réélection,

en novembre prochain,

à son poste de pouvoir.

.

J’espère

que vous admettrez

l’ignominie de cette inquiétude.

.

J’ose espérer

que vous vous éloignerez,

in fine,

de cet esprit abject

en adhérant,

dans tous les domaines,

aux valeurs sociales européennes

qui sont les nôtres.

R-anses

Images et créativité

Publié le Mis à jour le

« SPÉCIAL CONFINEMENT 03 »

« Travailler les images et les présenter,

un réel plaisir »

En ces temps inimaginables il y a peu, pourquoi ne pas plonger dans ses archives de photos numériques dans le but de les traiter, les transformer, les embellir, les sublimer et … les partager; mais pas n’importe comment.

Pour ce faire, voici quelques idées:

Pour commencer – à tout seigneur tout honneur – corriger ses images avec le logiciel libre « GIMP » (nombreux tutos sur le web) qui transformera votre regard initial en une nouvelle vision de votre réalité captée.

Ensuite, plonger dans l’univers de « INSKAPE » (toutos aussi sur le web) pour délier votre imaginaire et le transformer en dessins colorés sur votre ordinateur. Pour les amateurs de dessins (ou aquarelles) sur papier, il est toujours possible de scanner (ou photographier) ses projets et de les  » manipuler  » dans un des logiciels cités. Dernière minute (mais je n’ai pas encore, à ce jour, exploré le site) la BDnF à mis en ligne une application qui permet de réaliser des BD. A vous de voir si cela rejoint vos envies de création.

Et pour terminer, la présentation de son travail peut se faire avec le logiciel libre « SCRIBUS » (également nombreux tutos sur le web) qui vous permettra de jouer la carte du graphisme et de la présentation de vos documents (carte postale, triptyque, livret, zine, etc …); et là, votre créativité explosera.

En bref, un monde où chacun peut donner libre cours à son imagination et passer des heures créatives en apprenant.

R-anses

Lecture numérique

Publié le Mis à jour le

« SPÉCIAL CONFINEMENT 02 »

 

Et si vous profitiez

de cette période de confinement obligatoire

pour vous adonner – momentanément – à une lecture plus numérique?

 

 

En ces moments inédits de vie communautaire forcée, nous avons vite fait le tour des quatre murs de notre habitation, terminé d’arpenter notre bureau (quand nous en avons un) à la recherche d’un quelconque bricolage, arrêté d’organiser notre avenir tant les informations concernant l’évolution du virus qui nous assaille actuellement (mais – de part notre résilience – ne nous met pas à genou) sont tout sauf … vraiment positives.

Reste une série d’occupations auxquelles nous pouvons nous adonner en plus de la surveillance – dans certains cas – des enfants. Cela va, de la balade près de chez soi, oxygénant notre organisme en passant par les inévitables cours collectifs de fitness proposés sur le net; ou le visionnage de documentaires à la TV et d’anciennes émissions podcastées.

Il existe également un domaine où tout un chacun peut s’éclater, c’est le téléchargement de livres (gratuitement ou non) en puisant dans des listes établies par des plateformes numériques autres que celle habituellement citée et qui nous vient d’outre atlantique.

Il est ainsi possible de consulter en vue d’un téléchargement:

« Feedbooks » (basée à Paris) et qui propose des centaines de livres gratuits car tombés dans le domaine public ainsi que des éditions payantes.

« La bibliothèque électronique du Québec » quant à elle propose des PDF et des epub.

« In Libro Veritas » rassemble des œuvres scientifiques et techniques.

Sachez que tous ces téléchargements peuvent être rangés dans une bibliothèque numérique qui répond au doux nom de « Calibre« ; et qu’en plus, ce logiciel libre (à télécharger) peut transformer les extensions de fichiers en extensions compatibles pour vos liseuses. Que demander de mieux …

Alors, en ces moments inimaginables il y a encore quelques semaines, développez votre créativité.  Vous retournerez chez votre libraire indépendant préféré ♥♥♥ lorsque le ciel de notre monde ce sera éclairci. Cette période ne sera pas considérée comme une infidélité.

Amusez-vous bien dans vos créations numériques,

R-anses